Des articles

7.2 : Connexion


Puisque les réseaux sont définis par leurs acteurs et les connexions entre eux, il est utile de commencer notre description des réseaux en examinant ces propriétés très simples. En se concentrant d'abord sur le réseau dans son ensemble, on peut s'intéresser au nombre d'acteurs, au nombre de connexions possibles et au nombre de connexions réellement présentes. Les différences dans la taille des réseaux et la façon dont les acteurs sont connectés nous disent deux choses sur les populations humaines qui sont essentielles. Les petits groupes diffèrent des grands groupes de plusieurs manières importantes - en effet, la taille de la population est l'une des variables les plus critiques dans toutes les analyses sociologiques. Les différences d'interconnexion entre les acteurs d'une population peuvent être un indicateur clé de la « cohésion », de la « solidarité », de la « densité morale » et de la « complexité » de l'organisation sociale d'une population.

Les individus, ainsi que les réseaux entiers, diffèrent par ces caractéristiques démographiques de base. Les acteurs individuels peuvent avoir plusieurs ou peu de liens. Les individus peuvent être des « sources » de liens, des « puits » (des acteurs qui reçoivent des liens, mais ne les envoient pas), ou les deux. Ces types de différences très basiques entre les connexions immédiates des acteurs peuvent être critiques pour expliquer comment ils voient le monde et comment le monde les voit. Le nombre et les types de liens que les acteurs ont sont une base pour la similitude ou la dissemblance avec d'autres acteurs - et donc à une différenciation et une stratification possibles. Le nombre et les types de liens que les acteurs entretiennent sont essentiels pour déterminer à quel point leur intégration dans le réseau limite leur comportement, et l'éventail des opportunités, de l'influence et du pouvoir dont ils disposent.

Données démographiques de base

Taille du réseau. La taille d'un réseau est souvent très importante. Imaginez un groupe de 12 étudiants en séminaire. Il ne serait pas difficile pour chacun des élèves de bien se connaître les uns les autres et de nouer des relations d'échange (par exemple, partage de notes de lecture). Imaginez maintenant une grande classe de 300 étudiants. Il serait extrêmement difficile pour un étudiant de connaître tous les autres, et il serait pratiquement impossible qu'il y ait un réseau unique d'échange de notes de lecture. La taille est critique pour la structure des relations sociales en raison des ressources et capacités limitées dont chaque acteur dispose pour construire et entretenir des liens. Notre exemple de réseau compte dix acteurs. Habituellement, la taille d'un réseau est indexée simplement en comptant le nombre de nœuds.

Dans n'importe quel réseau, il y a (left( k * k - 1 ight)) paires ordonnées uniques d'acteurs (c'est-à-dire que AB est différent de BA, et en laissant de côté les liens de soi), où (k) est le nombre d'acteurs. Vous souhaiterez peut-être vérifier cela par vous-même avec certains petits réseaux. Ainsi, dans notre réseau de 10 acteurs, avec des données dirigées, il y a 90 relations logiquement possibles. Si nous avions des liens non orientés ou symétriques, le nombre serait 45, puisque la relation AB serait la même que BA. Le nombre de relations logiquement possibles croît alors de façon exponentielle à mesure que le nombre d'acteurs augmente linéairement. Il s'ensuit que l'éventail des structures sociales logiquement possibles augmente (ou, selon une définition, la « complexité » augmente) de façon exponentielle avec la taille.

Diplôme d'acteur. Le nombre d'acteurs limite le nombre de connexions que chaque individu peut avoir (left( k - 1 ight)). Pour les réseaux de toute taille, cependant, peu d'acteurs, voire aucun, s'approchent de cette limite. Il peut être très utile d'examiner la distribution du degré d'acteur. La distribution de la façon dont les acteurs individuels sont connectés peut en dire long sur la structure sociale.

Étant donné que les données de notre exemple sont asymétriques (c'est-à-dire des liens dirigés), nous pouvons faire la distinction entre les liens envoyés et les liens reçus. L'examen de la densité pour chaque ligne et pour chaque colonne peut nous en dire long sur la manière dont les acteurs sont intégrés dans la densité globale.

Outils>Statistiques univariées fournit des résumés rapides de la distribution des liens de l'acteur.

Examinons d'abord ces statistiques pour les lignes, ou le degré de dépassement des acteurs.

Graphique 7.3 : Boîte de dialogue Outils>Statistiques univariées

Produit ce résultat :

Graphique 7.4 : Statistiques de niveau supérieur pour l'échange d'informations de Knoke

Les statistiques sur les lignes nous renseignent sur le rôle que joue chaque acteur en tant que « source » de liens (dans un graphe orienté). La somme des connexions de l'acteur aux autres (par exemple, l'acteur n°1 envoie des informations à quatre autres) est appelée la hors-degré du point (pour les données symétriques, bien sûr, chaque nœud a simplement degré, car on ne peut distinguer en-diplôme de hors-degré). Le degré de points est important car il nous indique le nombre de connexions d'un acteur. Avec le degré supérieur, il s'agit généralement d'une mesure de l'influence que l'acteur peut avoir.

Nous pouvons voir que l'acteur n°5 envoie des liens avec tous les acteurs restants sauf un ; les acteurs #6, #7 et #9 envoient des informations à seulement trois autres acteurs. Les acteurs #2, #3, #5 et #8 sont similaires en tant que sources d'information pour de larges portions du réseau ; les acteurs #1, #6, #7 et #9 sont similaires en ce qu'ils ne sont pas des sources d'information. Nous pourrions prédire que le premier groupe d'organisations aura des divisions spécialisées pour les relations publiques, ce qui n'est pas le cas pour le dernier groupe. Les acteurs de la première série ont un plus grand potentiel d'influence ; les acteurs de ce dernier groupe ont moins de potentiel d'influence ; les acteurs « du milieu » seront influents s'ils sont connectés aux « bons » autres acteurs, sinon, ils pourraient avoir très peu d'influence. Ainsi, les rôles joués par ces organisations en tant que sources d'information varient. Nous pouvons normaliser cette information (ainsi nous pouvons la comparer à d'autres réseaux de tailles différentes, en exprimant le degré de sortie de chaque point en proportion du nombre d'éléments de la ligne, c'est-à-dire en calculant la moyenne). L'acteur #10, par exemple, envoie des liens vers (56\%) des acteurs restants. C'est un chiffre que nous pouvons comparer à travers des réseaux de différentes tailles.

Une autre façon de considérer chaque acteur en tant que source d'informations consiste à examiner la variance ou l'écart type par ligne. On note que les acteurs avec très peu de liens sortants, ou de très nombreux liens sortants, ont moins de variabilité que ceux avec des niveaux de liens moyens. Cela nous dit quelque chose : ces acteurs ayant des liens avec presque tout le monde, ou avec des liens avec presque personne d'autre sont plus « prévisibles » dans leur comportement envers un autre acteur donné que ceux ayant un nombre intermédiaire de liens. En un sens, les acteurs ayant de nombreux liens (au centre d'un réseau) et les acteurs à la périphérie d'un réseau (peu de liens) ont des comportements plus contraints et prévisibles. Les acteurs avec seulement quelques liens peuvent varier davantage dans leur comportement, selon à qui ils sont connectés.

Si nous examinions une relation valorisée au lieu d'une relation binaire, la signification de la "somme", de la "moyenne" et de "l'écart type" du degré de sortie des acteurs serait différente. Si les valeurs des relations sont toutes positives et reflètent la force ou la probabilité d'un lien entre les nœuds, ces statistiques auraient des interprétations faciles comme la somme des forces, la force moyenne et la variation de la force.

Il est également utile d'examiner les statistiques relatives au degré d'admission (regardez les données par colonne). Maintenant, nous considérons les acteurs comme des "puits" ou des récepteurs d'informations. La somme de chaque colonne de la matrice d'adjacence est la en-degré du point. C'est-à-dire combien d'autres acteurs envoient des informations ou des liens à celui sur lequel nous nous concentrons. Les acteurs qui reçoivent des informations de nombreuses sources peuvent être prestigieux (d'autres acteurs veulent être connus de l'acteur, alors ils envoient des informations). Les acteurs qui reçoivent des informations de nombreuses sources peuvent également être plus puissants - dans la mesure où "la connaissance est le pouvoir". Mais, les acteurs qui reçoivent beaucoup d'informations pourraient également souffrir d'une « surcharge d'informations » ou de « bruits et interférences » en raison de messages contradictoires provenant de différentes sources.

Voici les résultats de Outils>Statistiques univariées lorsque nous sélectionnons "colonne" au lieu de "ligne".

Graphique 7.5 : Statistiques au niveau du diplôme pour l'échange d'informations à Knoke

En regardant les moyens, nous voyons qu'il y a beaucoup de variation dans la réception d'informations - plus que pour l'envoi d'informations. Nous voyons que les acteurs #2, #5 et #7 sont très élevés. Les numéros 2 et 5 sont également très utiles pour l'envoi d'informations - ils agissent donc peut-être en tant que « communicateurs » et « facilitateurs » dans le système. L'acteur n°7 reçoit beaucoup d'informations, mais n'en envoie pas beaucoup. Il s'avère que l'acteur n°7 est un "puits d'informations" - il recueille des faits, mais il ne les crée pas (du moins nous l'espérons, puisque l'acteur n°7 est un journal). Les acteurs #6, #8 et #10 semblent être "hors de la boucle" - c'est-à-dire qu'ils ne reçoivent pas d'informations directement de nombreuses sources. L'acteur #6 n'envoie pas non plus beaucoup d'informations - donc #6 semble être une sorte d'"isolat". Les acteurs #8 et #10 envoient relativement plus d'informations qu'ils n'en reçoivent. On pourrait suggérer qu'il s'agit d'« étrangers » qui tentent d'être influents, mais peuvent être « incapables ».

Nous pouvons en apprendre beaucoup sur un réseau dans son ensemble et sur les contraintes structurelles pesant sur les acteurs individuels, et même commencer à formuler des hypothèses sur les rôles sociaux et les tendances comportementales, simplement en examinant les simples contiguïtés et en calculant quelques statistiques très basiques. Avant de discuter de l'idée légèrement plus complexe de la distance, il y a quelques autres aspects de la « connexité » qui sont parfois intéressants.

Densité

La densité d'un réseau binaire est simplement la proportion de tous les liens possibles qui sont réellement présents. Pour un réseau valorisé, la densité est définie comme la somme des liaisons divisée par le nombre de liaisons possibles (c'est-à-dire le rapport de toute la force de liaison réellement présente au nombre de liaisons possibles). La densité d'un réseau peut nous donner un aperçu de phénomènes tels que la vitesse à laquelle l'information se diffuse entre les nœuds et la mesure dans laquelle les acteurs ont des niveaux élevés de capital social et/ou de contraintes sociales.

Réseau>Cohésion>Densité est un outil assez puissant pour calculer les densités. Sa boîte de dialogue est illustrée à la Figure 7.6.

Graphique 7.6 : Boîte de dialogue Réseau>Cohésion>Densité

Pour obtenir des densités pour une matrice (comme nous le faisons dans cet exemple), nous avons simplement besoin d'un ensemble de données. Généralement, les auto-liens sont ignorés dans le calcul de la densité (mais il y a des circonstances où vous voudrez peut-être les inclure). le Réseau>Cohésion>Densité L'algorithme peut également être utilisé pour calculer les densités au sein des partitions ou des blocs en spécifiant le nom de fichier d'un ensemble de données d'attributs qui contient le nom de nœud et le numéro de partition. C'est-à-dire que l'outil de densité peut être utilisé pour calculer les densités à l'intérieur et entre les blocs pour les données regroupées. On pourrait, par exemple, diviser les données de Knoke en organisations « publiques » et « privées », et examiner la densité de l'échange d'informations au sein et entre les types.

Pour nos besoins actuels, nous ne bloquerons ni ne partitionnerons les données. Voici le résultat de la boîte de dialogue ci-dessus.

Graphique 7.7 : Densité du réseau d'information de Knoke

Étant donné que l'ensemble de données Knoke contient deux matrices, des rapports séparés pour chaque relation (KNOKI et KNOKM) sont produits.

La densité de la matrice d'échange d'informations est de 0,5444. C'est-à-dire que (54\%) de tous les liens possibles sont présents. L'écart type des entrées de la matrice est également indiqué. Pour les données binaires, l'écart type n'a pratiquement aucune importance, car l'écart type d'une variable binaire est fonction de sa moyenne.

Accessibilité

Un acteur est "atteignable" par un autre s'il existe un ensemble de connexions par lesquelles nous pouvons tracer de la source à l'acteur cible, quel que soit le nombre d'autres qui les séparent. Si les données sont asymétriques ou orientées, il est possible que l'acteur A puisse atteindre l'acteur B, mais que l'acteur B ne puisse pas atteindre l'acteur A. Avec des données symétriques ou non orientées, bien sûr, chaque paire d'acteurs est ou n'est pas joignable l'une à l'autre. . Si certains acteurs d'un réseau ne peuvent pas atteindre d'autres, il existe un potentiel de division du réseau. Ou, cela peut indiquer que la population que nous étudions est en réalité composée de plus d'une sous-population.

Dans l'ensemble de données d'échange d'informations de Knoke, il s'avère que tous les acteurs sont accessibles par tous les autres. C'est quelque chose que vous pouvez vérifier à l'œil nu. Voyez si vous pouvez trouver une paire d'acteurs dans le diagramme de telle sorte que vous ne puissiez pas tracer du premier au second le long de flèches toutes dirigées dans la même direction (ne perdez pas beaucoup de temps là-dessus, il n'y a pas une telle paire !) . Pour la relation Knoke "M", il s'avère que tous les acteurs ne peuvent pas "atteindre" tous les autres acteurs. Voici la sortie de Réseau>Cohésion>Accessibilité de l'UCINET.

Graphique 7.8 : Accessibilité des relations Knoke "I" et "M"

Ainsi, il existe un "chemin" dirigé de chaque organisation à chaque autre acteur pour le flux d'informations, mais pas pour le flux d'argent. Parfois "ce qui se passe revient", et parfois non !

Connectivité

L'adjacence nous dit s'il existe une connexion directe d'un acteur à un autre (ou entre deux acteurs pour les données non dirigées). L'accessibilité nous indique si deux acteurs sont connectés ou non par un chemin direct ou indirect de n'importe quelle longueur.

Réseau>Cohésion>Point Connectivité calcule le nombre de nœuds qu'il faudrait supprimer pour qu'un acteur ne puisse plus en atteindre un autre. S'il existe de nombreuses voies différentes qui relient deux acteurs, ils ont une « connectivité » élevée dans le sens où il existe plusieurs façons pour un signal d'atteindre l'un à l'autre. La figure 7.9 montre la connectivité des points pour le flux d'informations entre les 10 organisations de Knoke.

Graphique 7.9 : Connectivité ponctuelle de l'échange d'informations de Knoke

Le résultat démontre à nouveau la fragilité de la connexion de l'organisation 6 en tant que source (ligne) ou récepteur (colonne) d'informations. Pour faire passer son message à la plupart des autres acteurs, l'organisation 6 a une alternative ; si une seule organisation refusait de transmettre des informations, l'organisation 6 n'en recevrait aucune ! La connectivité ponctuelle peut être une mesure utile pour appréhender les notions de dépendance et de vulnérabilité.


Grande image Grand son

J'ai un récepteur Onkyo TX-NR747 qui prend en charge Dolby Atmos. À l'arrière se trouve une paire de connexions d'enceintes étiquetées "back surround/height". Mais si je l'utilise pour mes enceintes surround arrière, pour 7.1, alors où iront les deux enceintes en hauteur ? Dois-je les raccorder dans la même connexion que les enceintes surround arrière ? Le récepteur est censé être 7.2 canaux. J'ai deux canaux avant, un central, deux surround latéraux et 2 surrounds arrière. Alors, où vont les deux haut-parleurs pour Dolby Atmos ?

Le récepteur Onkyo TX-NR747 prend en charge sept enceintes principales plus un ou deux subwoofers (d'où la désignation « 7.2 » : 7 canaux d'enceintes principales plus 2 subwoofers). Cela signifie que vous pouvez soit créer un système surround traditionnel 7.1 ou 7.2 avec des enceintes surround latérales et arrière, soit un système surround à cinq canaux (plus un ou deux subs) plus deux enceintes en hauteur. C'est ce que Dolby appellerait un système Dolby Atmos « 5.1.2 » : cinq enceintes principales, un subwoofer et deux enceintes en hauteur.

Malheureusement, votre récepteur ne prend pas en charge un système 7.1.2 qui comprendrait les sept haut-parleurs surround normaux, un subwoofer et deux haut-parleurs en hauteur. Il existe des récepteurs qui prennent en charge cela, mais ils sont un peu plus chers que ce récepteur Onkyo particulier. Ce ne serait pas une bonne idée de raccorder les haut-parleurs en hauteur avec les haut-parleurs arrière, car vous obtiendriez alors les sons du canal arrière des haut-parleurs supérieurs (ou les informations de hauteur des arrières) qui ne sonneraient pas très bien. De plus, selon la façon dont vous les avez câblés, cela pourrait exercer une pression supplémentaire sur les amplificateurs.

Si vous décidez d'utiliser les enceintes en hauteur au lieu des enceintes surround arrière, assurez-vous de le spécifier dans le menu de configuration des enceintes de l'ampli-tuner.

À mon avis, un système de son immersif 5.1.2 (cinq canaux principaux plus un subwoofer et deux haut-parleurs en hauteur) est préférable à un système surround traditionnel à 7 canaux, dans la plupart des pièces, en particulier si vous regardez du contenu encodé Dolby Atmos. Avoir cette information de hauteur discrète provenant d'en haut aide vraiment à rendre le film ou la musique plus immersif et enveloppant.

Si vous optez pour une configuration d'enceintes Atmos utilisant ce récepteur, vous devriez probablement déplacer les enceintes "latérales" actuelles vers le mur du fond ou quelque part derrière la position d'écoute principale, car ce seront vos principaux canaux surround. Pour un système Atmos 5.1.2, Dolby recommande de placer les enceintes en hauteur au plafond un peu en avant de la position d'écoute principale, mais vous pouvez également les placer sur la paroi avant près du plafond pointant vers l'auditeur et obtenir des résultats décents. Vous pouvez également utiliser des "modules de hauteur" Dolby Atmos qui se trouvent au-dessus de vos enceintes principales gauche et droite et font rebondir le son sur le plafond pour les effets de hauteur.


Lincoln Nautilus 2021

Coiffant

Le Lincoln Nautilus 2021 a une forme athlétique à l'extérieur et respire le luxe à l'intérieur.

La Lincoln Nautilus est-elle une belle voiture ?

Lincoln s'est installé avec un visage d'entreprise qui fonctionne et il est bien intégré au Nautilus 2021. Il masque un design plus ancien mais élégant à l'extérieur, et la cabine mise à jour est luxueuse. Nous évaluons le Nautilus à 7 sur 10 pour son apparence intérieure et extérieure.

La calandre du Nautilus présente une forme rectangulaire avec une languette en bas, un filet chromé à l'intérieur et le symbole Lincoln à l'avant et au centre. Il est flanqué de phares à LED minces au-dessus de clignotants plus minces. Le carénage avant inférieur est révisé avec des phares antibrouillard à LED qui apparaissent désormais comme une extension de la prise d'air inférieure au lieu d'être assis dans des boîtiers chromés.

Le reste du design arbore une forme athlétique avec des ouïes sous les rétroviseurs latéraux, des garnitures chromées autour des fenêtres et une bande chromée sous les portes. Une conception de feu arrière pleine largeur améliore la position large du SUV, tout comme les deux embouts d'échappement.

À l'intérieur, le Nautilus obtient un nouveau design de tableau de bord horizontal. Il est échelonné du milieu vers le haut avec des couleurs contrastées. Le nouvel écran tactile de 13,2 pouces s'élève de cette section centrale et semble bien intégré. En dessous se trouvent les boutons de sélection de vitesse sur lesquels vous appuyez comme des touches de piano pour changer de vitesse. Les matériaux de haute qualité de la cabine rehaussent le luxe.

Les cabines Black Label ont l'air résolument haut de gamme avec des thèmes intérieurs pour jouer sur la peinture extérieure, chacune avec son propre bois et ses propres couleurs.


  • Pour les systèmes d'exploitation invités pris en charge pour Horizon Agent sur des machines mono-utilisateur et des hôtes RDS, consultez l'article 2150295 de la base de connaissances VMware (KB), Versions Windows prises en charge pour les systèmes de bureau à distance pour Horizon Agent.
  • Si vous utilisez des serveurs Horizon 7 avec une version de View Agent antérieure à 6.2, vous devrez activer TLSv1.0 pour les connexions PCoIP. Les versions de View Agent antérieures à la version 6.2 prennent en charge le protocole de sécurité TLSv1.0 uniquement pour PCoIP. Les serveurs Horizon 7, y compris les serveurs de connexion et les serveurs de sécurité, ont TLSv1.0 désactivé par défaut. Vous pouvez activer TLSv1.0 pour les connexions PCoIP sur ces serveurs en suivant les instructions de l'article 2130798 de la base de connaissances VMware (KB), Configurer les protocoles de sécurité pour PCoIP pour Horizon 6 version 6.2 et versions ultérieures, et Horizon Client 3.5 et versions ultérieures.
  • Pour les systèmes d'exploitation invités Linux pris en charge pour Horizon Agent, consultez Configuration système requise pour Horizon 7 pour Linux dans le Configuration d'Horizon 7 version 7.2 pour les postes de travail Linux document.
  • Pour les systèmes d'exploitation pris en charge pour le Serveur de connexion, le serveur de sécurité et View Composer, consultez Configuration système requise pour les composants de serveur dans le Voir l'installation document.
  • Les fonctionnalités d'Horizon 7 sont améliorées par un ensemble mis à jour d'Horizon Clients fournis avec cette version. Par exemple, Horizon Client 4.0 ou version ultérieure est requis pour les connexions VMware Blast Extreme. Consultez la page de documentation de VMware Horizon Clients pour plus d'informations sur les Horizon Clients pris en charge.
  • La fonctionnalité de clones instantanés nécessite vSphere 6.0 Update 1 ou version ultérieure.
  • Windows 7 et Windows 10 sont pris en charge pour les clones instantanés, mais pas Windows 8 ou Windows 8.1.
  • Consultez la matrice d'interopérabilité des produits VMware pour plus d'informations sur la compatibilité d'Horizon 7 avec les versions actuelles et précédentes de vSphere.
  • Pour les niveaux fonctionnels de domaine des services de domaine Active Directory (AD DS) pris en charge, consultez Préparation d'Active Directory dans le Voir l'installation document.
  • Pour plus d'exigences système, telles que les navigateurs pris en charge pour Horizon Administrator, consultez le Voir l'installation document.
  • RC4, SSLv3 et TLSv1.0 sont désactivés par défaut dans les composants d'Horizon 7, conformément à la RFC 7465, « Prohibiting RC4 Cipher Suites », RFC 7568, « Deprecating Secure Sockets Layer Version 3.0 », PCI-DSS 3.1, « Payment Card Norme de sécurité des données de l'industrie (PCI)", et SP800-52r1, "Lignes directrices pour la sélection, la configuration et l'utilisation des implémentations TLS (Transport Layer Security)". Si vous devez réactiver RC4, SSLv3 ou TLSv1.0 sur un Serveur de connexion, un serveur de sécurité, View Composer ou une machine Horizon Agent, consultez Anciens protocoles et chiffrements désactivés dans View dans le Afficher la sécurité document.
  • Si une passerelle sécurisée PCoIP (PSG) a été déployée pour les connexions PCoIP, aucun microprogramme client ne doit être en version 4.0 ou ultérieure.
  • Lorsque vous utilisez la redirection de lecteur client (CDR), déployez Horizon Client 3.5 ou version ultérieure et View Agent 6.2 ou version ultérieure pour vous assurer que les données CDR sont envoyées via un canal virtuel chiffré d'un périphérique client externe au serveur de sécurité PCoIP et du serveur de sécurité au bureau à distance. Si vous déployez des versions antérieures d'Horizon Client ou d'Horizon Agent, les connexions externes au serveur de sécurité PCoIP sont chiffrées, mais au sein du réseau d'entreprise, les données sont envoyées du serveur de sécurité au poste de travail distant sans chiffrement. Vous pouvez désactiver le CDR en configurant un paramètre de stratégie de groupe Microsoft Remote Desktop Services dans Active Directory. Pour plus de détails, voir Gestion de l'accès à la redirection du lecteur client dans le Configuration des fonctionnalités de poste de travail à distance dans Horizon 7 document.
  • L'option de configuration de la redirection USB dans le programme d'installation d'Horizon Agent est désélectionnée par défaut. Vous devez sélectionner cette option pour installer la fonction de redirection USB. Pour obtenir des conseils sur l'utilisation sécurisée de la redirection USB, consultez Déploiement de périphériques USB dans un environnement Secure View dans le Afficher la sécurité document.
  • La politique globale, redirection multimédia (MMR), par défaut Refuser. Pour utiliser MMR, vous devez ouvrir Horizon Administrator, modifier les stratégies globales et définir explicitement cette valeur sur Permettre. Pour contrôler l'accès à MMR, vous pouvez activer ou désactiver la stratégie de redirection multimédia (MMR) globalement ou pour un groupe ou un utilisateur individuel. Les données de redirection multimédia (MMR) sont envoyées sur le réseau sans cryptage basé sur l'application et peuvent contenir des données sensibles, selon le contenu redirigé. Pour vous assurer que ces données ne peuvent pas être surveillées sur le réseau, utilisez MMR uniquement sur un réseau sécurisé.
  • Avant de définir le niveau de partage de page transparent (TPS) dans Horizon Administrator, VMware recommande de comprendre les implications de sécurité. Pour obtenir des conseils, consultez l'article 2080735 de la base de connaissances VMware (KB), Considérations relatives à la sécurité et interdiction du partage de page transparent entre machines virtuelles.
  • Pour utiliser View Storage Accelerator dans un environnement vSphere 5.5 ou version ultérieure, une machine virtuelle de poste de travail doit faire 512 Go ou moins. View Storage Accelerator est désactivé sur les machines virtuelles de plus de 512 Go. La taille de la machine virtuelle est définie par la capacité totale du VMDK. Par exemple, un fichier VMDK peut faire 512 Go ou un ensemble de fichiers VMDK peut totaliser 512 Go. Cette exigence s'applique également aux machines virtuelles qui ont été créées dans une version antérieure de vSphere et mises à niveau vers vSphere 5.5.
  • Horizon 7 ne prend pas en charge vSphere Flash Read Cache (anciennement vFlash).
  • Dans Horizon (avec View) version 6.0 et versions ultérieures, les applets de commande View PowerCLI Get-TerminalServer, Add-TerminalServerPool et Update-TerminalServerPool ont été dépréciées.
  • Screen DMA est désactivé par défaut dans les machines virtuelles créées dans vSphere 6.0 et versions ultérieures. La vue nécessite l'activation du DMA de l'écran. Si l'écran DMA est désactivé, les utilisateurs voient un écran noir lorsqu'ils se connectent au poste de travail distant. Lorsqu'Horizon 7 provisionne un pool de postes de travail, il active automatiquement le DMA d'écran pour toutes les machines virtuelles gérées par vCenter Server dans le pool. Cependant, si Horizon Agent est installé sur une machine virtuelle en mode non géré (VDM_VC_MANAGED_AGENT=0), l'écran DMA n'est pas activé. Pour plus d'informations sur l'activation manuelle du DMA d'écran, consultez l'article 2144475 de la base de connaissances VMware (KB), Activation manuelle du DMA d'écran dans une machine virtuelle.
  • Les pools de postes de travail Instant Clone compatibles vGPU sont pris en charge pour vSphere 2016 et versions ultérieures.
  • Microsoft Windows Server requiert qu'une plage dynamique de ports soit ouverte entre tous les Serveurs de connexion dans l'environnement Horizon 7. Ces ports sont requis par Microsoft Windows pour le fonctionnement normal de l'appel de procédure distante (RPC) et de la réplication Active Directory. Pour plus d'informations sur la plage dynamique des ports, consultez la documentation Microsoft Windows Server.
  • Dans Horizon 7 version 7.2, l'outil viewDBChk n'aura pas accès aux informations d'identification de vCenter ou de View Composer et vous demandera ces informations si nécessaire.

Les règles de transfert des requêtes HTTP reçues par les instances du Serveur de connexion et les serveurs de sécurité ont changé dans cette version. Si vous avez défini des entrées frontMapping personnalisées dans lock.properties , vous devez les supprimer avant la mise à niveau. Si vous souhaitez interdire les connexions administrateur à certaines instances du Serveur de connexion, au lieu de définir des entrées frontMapping personnalisées, ajoutez cette entrée à lock.properties :

Sur les serveurs de sécurité, cette entrée est appliquée automatiquement et n'a pas besoin d'être définie dans lock.properties .


SolMan 7.2, de nouvelles connexions au portail d'assistance et ce que cela signifie pour vous.

Ainsi, ce qui était utilisé pour appeler OSS, puis CSS, puis SAP Service Marketplace et maintenant Support Portal est une bête complexe composée en réalité de nombreux systèmes différents. /r/softwaregore se moquait de SAP pour les règles de mot de passe du portail de support (qui sont sur le point de changer, selon mon post précédent), mais la version courte est que SAP modernise beaucoup de communication avec le portail de support, et cela inclut plusieurs mécanismes de connexion à partir de Solution Manager 7.2. Bien que l'amélioration des capacités du côté SAP soit excellente, cela peut créer des maux de tête et un travail initial pour le client BASIS une fois que vous avez adopté la version 7.2.

Qu'est-ce qui change, et pourquoi est-ce susceptible de m'affecter ? SolMan passe davantage des mécanismes traditionnels basés sur RFC comme la connexion SAP-OSS aux mécanismes basés sur HTTP(S) pour le téléchargement de contenu et l'envoi de contenu (comme les alertes EarlyWatch) vers SAP. Alors que de nombreux clients ont configuré leur pare-feu et les règles de réseau pertinentes pour les connexions RFC depuis des lustres, les connexions HTTPS peuvent ne pas être autorisées pour plusieurs raisons.

Quels sont ces liens et quel est leur but ?

Connectivité du hub d'assistance: SAP utilise un nouveau proxy consommateur dans SolMan 7.2 AS ABAP pour envoyer des données. À partir de la version client, la principale chose envoyée via cette nouvelle connexion est les alertes EarlyWatch. Plus de communication avec cela sera ajoutée au fil du temps. Détails du wiki ici.

Téléchargement de contenu des meilleures pratiques: Le contenu des meilleures pratiques correspondant à la méthodologie ACTIVATE de SAP pour la documentation de la solution dans Solution Manager 7.2 utilise des connexions SM59 basées sur HTTPS nommées OCDAPIS et OCDSTORE. Ceux-ci permettent d'importer les packages de meilleures pratiques que vous avez sélectionnés sur la place de marché des services. Voir la note SAP 2194123 - Configurer des connexions HTTP pour importer des packages SAP Best Practices dans des solutions.

Livraison rapide de contenu: Ceci est utilisé pour mettre à jour différents contenus de surveillance et d'alerte dans Solution Manager via un téléchargement depuis SAP, par opposition à la mise à jour manuelle du composant ABAP ST-CONT sur Solman à la place. HTTPS aussi. Détails ici.

Service de téléchargement: Une alternative au gestionnaire de téléchargement basé sur le bureau Java pour télécharger les fichiers d'installation pour les nouveaux systèmes ou mettre à niveau les fichiers liés à ceux existants que j'ai publiés ici. Encore une fois, basé sur HTTPS.

Pourquoi ces connexions sont-elles plus difficiles que les RFC traditionnels ?

La plupart des clients et partenaires/sociétés d'hébergement travaillant avec des systèmes basés sur SAP ABAP savent ce qu'ils doivent faire pour que les connexions basées sur RFC fonctionnent depuis des années. Les connexions HTTPS sont d'une race entièrement différente et il existe plusieurs points de rupture potentielle :

Le service informatique ou un hôte tiers peut limiter les hôtes autorisés sur toute solution de tunneling/VPN en place depuis l'emplacement du serveur jusqu'à l'emplacement de l'utilisateur final. De plus, des règles de pare-feu peuvent exister du côté hôte tiers et du côté client.

Les entreprises peuvent exiger l'utilisation d'un proxy pour que les serveurs puissent accéder à Internet. Cela doit être spécifié globalement dans SM59 pour les connexions HTTP/HTTPS ou sur des connexions individuelles dans SM59.

Les magasins de confiance qu'AS ABAP utilise sont vides par défaut et doivent être remplis avec les certificats que les serveurs SAP sur ces connexions présentent (ceux-ci sont généralement divulgués dans la documentation, mais il n'est généralement pas difficile de simplement visiter l'hôte répertorié pour une connexion différente et afficher la chaîne de certificats dans le navigateur). Vous devez importer la racine et toutes les autorités de certification intermédiaires au-dessus du certificat du serveur dans la liste des certificats du client SSL (standard) PSE au minimum (l'importation vers le client SSL PSE anonyme ne fera pas de mal, elle est utilisée lorsque ABAP visite un autre serveur en tant que client sans présenter de connexion).

Pour la sécurité et la surveillance, certaines organisations utilisent un outil d'inspection de contenu qui met fin à SSL, inspecte le contenu, puis le rétablit sous une autorité/chaîne de certification interne. Les exemples incluent Websense ou Bluecoat. Pour lui permettre de fonctionner, soit vous répétez #3 avec le(s) certificat(s) que votre appareil d'inspection de contenu utilise, ou vous exemptez les hôtes/IP pertinents de la suppression SSL afin que la chaîne d'origine soit présentée.

Que puis-je faire si j'ai des problèmes avec ces connexions ?

Vous pouvez toujours ouvrir un incident client - mais avec tant de causes, dont beaucoup dépendent de la configuration de votre réseau, il n'est pas toujours évident à 100% pour ceux d'entre nous qui travaillent dans des mégacorporations allemandes ce qui en est la cause.

Pour les connexions basées sur SM59, vous pouvez exécuter un test de connexion.

Si une connexion expire, à moins que vous n'ayez (mal saisi) le nom d'hôte en vous-même, cela suggère généralement un problème de pare-feu/tunnelage selon les points un et deux ci-dessus.

Si vous constatez que le SSL n'est pas approuvé, assurez-vous que l'horloge (heure) de votre système d'exploitation de serveur d'applications est exacte. Si c'est le cas, la chaîne de certificats n'est probablement pas importée dans les PSE du client SSL dans le tcode STRUSTSSO2. Le moyen le plus simple de voir ce qui est présenté au serveur est de

tcode SMICM -> Aller à -> Niveau de trace -> Augmenter

Exécuter le test de connexion dans une autre session

SMICM -> Aller à -> Niveau de trace -> Par défaut

SMICM -> Trace File -> Display End -> recherche le nom d'hôte sur une connexion donnée (exemple : rapid.sap.com) -> les erreurs mettent presque toujours en évidence la ligne du problème en jaune ou en rouge).

Si vous obtenez un HTTP 401, cela suggère que l'utilisateur de connexion (S-USER) pour une connexion donnée n'a peut-être pas l'autorisation appropriée sur le portail d'assistance, que l'utilisateur est verrouillé ou que le mot de passe est incorrect.

If you see HTTP 404 or HTTP 200, then you should be okay (404 is "file not found", but some programs will use RFCs to build the path out to something valid, so it's normal for the connection test to be a 404 and the end functionality to work OK).

My network administration says that they need the hostnames/IP addresses to whitelist. Where is this information?

You should always reference current documentation and can open a ticket if in doubt. This information is subject to change. Some of the connections fall into a predictable IP range, but others do not. Most customer systems rely off the IP address or IP range being whitelisted, and you can address this in blanket as SAP owns the range of 155.56.1.1-155.56.255.255. SAP Note 155954 may help as well, but it's not inclusive of certain hosts below.

Related FunctionalitySM59 Connection NameHostnameIP address (first two parts)Certificate Chain
SAP Support HubSAP-SUPPORT_PORTALapps.support.sap.com155.56..Root: Verisign Class 3 Public Primary Certification Authority - G5, Intermediate: Symantec Class 3 Secure Server CA - G4
SAP Support Hubn/a, consumer proxyservicepoint.sap.com155.56..Root: Verisign Class 3 Public Primary Certification Authority - G5, Intermediate: Symantec Class 3 Secure Server CA - G4
Best Practice ContentOCDAPISrapid.sap.com155.56..Root: Verisign Class 3 Public Primary Certification Authority - G5, Intermediate: Symantec Class 3 Secure Server CA - G4
Best Practice ContentOCDSTOREsupport.sap.comVaries as Akamai CDN is used check A record on SolMan OS command lineRoot: GeoTrust Global CA, Intermediate: GeoTrust SSL CA - G3
Rapid Content Delivery & Download ServiceSMPAUDWNLDsmpdl.sap-ag.deVaries as Akamai CDN is used check A record on SolMan OS command lineRoot: Verisign Class 3 Public Primary Certification Authority - G5, Intermediate: Symantec Class 3 Secure Server CA - G4
Rapid Content Delivery & Download Servicen/asmpdla.sap.comVaries as Akamai CDN is used check A record on SolMan OS command lineRoot: Verisign Class 3 Public Primary Certification Authority - G5, Intermediate: Symantec Class 3 Secure Server CA - G4. May alternatively use two other roots that should be imported into STRUST, documentation.
Download Servicen/asoftwaredownloads.sap.comVaries as Akamai CDN is used check A record on SolMan OS command lineRoot: GeoTrust Global CA, Intermediate: GeoTrust SSL CA - G3

Are these IPs subject to change?

Both in IP ranges controlled by SAP and those on third party CDNs, yes. It typically doesn't happen very often, although CDNs are more likely to change IP addresses that resolved if your servers were to be physically moved (to offer you a download closer to the server's physical location).

Are the certificates subject to change?

Yes, but not often. Anything rooted up to Symantec/Verisign will inevitably be replaced by the end of 2018 due to distrust of Symantec's legacy CA infrastructure and sale of their certificate business to DigiSign. At that time, whatever certificates the servers are using would need to be imported. If you want a quick way to check the chain, Chrome -> Dev tools -> security, or use the SSL Labs SSL tester which will tell you the chain.

Will there be new HTTPS based connections for Solution Manager or other systems to SAP in the future not covered here?

Sorry for the diatribe but this is meant more as documentation on why these connections exist, what important things to check/troubleshoot on them are, and other details to get them working instead of a quick easy read. I'll probably update this with a couple more notes.


5 Answers 5

I faced the same issue. Later I found that I was using older version of Microsoft SQL files for PHP.

For PHP 7.2 you have to use 7.2 version of MS PHP SQL

That version is not available through microsoft website. I found it here https://github.com/Microsoft/msphpsql/releases

Once I used those files everything works fine. I used 64 bit files.

Then you need to add these lines in the php.ini file

What do you need to determine are

  • Which version of PHP
  • The runtime you are using is Thread Safe ou alors Non-Thread Safe
  • The runtime you are using is 64 bits ou alors 32 bits

Then you must look at the requirement page here

Check the version of PHP you are using, so prefer to your question, it's mean to PHP 7.2 which SQL Server extension version 5.3 is the best fit.

Then go to download page, select the link which specific with version you prefer. (in this question is 5.3)

The file you downloaded will be a self-extractable EXE file, then extract to the place where you want.

you will see list of dll files like these.

What is the meaning that is in the name of these files?

Like I said before, what you need to determine to select the proper extension file. The SQL Server extension need 2 files of the name start with php_pdo_sqlsrv_xxx and php_sqlsrv_xxx .

Next number mean to your PHP version, in this case PHP 7.2 , so you need to choose file name has _72_ in its.

Next number mean to your runtime Thread Safe ou alors Non-Thread Safe, which specific in the file name _ts_ (Thread Safe) or _nts_ (Non-Thread Safe).

Next number mean to your runtime 32 bits ou alors 64 bits, which specific in the file name _x86 (32 bits) or _x64 (64 bits)

So check your PHP environment by phpinfo() , or run the command php --version on your console, and then notice the message displayed, for my computer it look like these.

By look from those information, I got PHP 7.2 , ZTS mean to Thread Safe (Non-Thread Safe will be NTS ), and the x86 is 32 bits.

So, what I must pick is the extension which are php_sqlsrv_72_ts_x86.dll and php_pdo_sqlsrv_72_ts_x86.dll


7.2: Connection

This table provides information about the current number of consecutive failed connection attempts per account (user/host combination). The table was added in MySQL 5.7.17.

The user/host combination indicating an account that has failed connection attempts, in ' user_name '@' host_name ' format.

The current number of consecutive failed connection attempts for the USERHOST value. This counts all failed attempts, regardless of whether they were delayed. The number of attempts for which the server added a delay to its response is the difference between the FAILED_ATTEMPTS value and the connection_control_failed_connections_threshold system variable value.

Remarques

The CONNECTION_CONTROL_FAILED_LOGIN_ATTEMPTS plugin must be activated for this table to be available, and the CONNECTION_CONTROL plugin must be activated or the table contents are always empty. See The Connection-Control Plugins.

The table contains rows only for accounts that have had one or more consecutive failed connection attempts without a subsequent successful attempt. When an account connects successfully, its failed-connection count is reset to zero and the server removes any row corresponding to the account.

Assigning a value to the connection_control_failed_connections_threshold system variable at runtime resets all accumulated failed-connection counters to zero, which causes the table to become empty.


Connecting a front projector in a home theater is similar to connecting an HDTV in a home theater. A receiver is used as the main connection point for audio/video devices such as cable boxes, Blu-ray players, and media boxes. Front projectors don't have built-in speakers like HDTVs, so a receiver sends audio signals to surround sound speakers. Today, most front projectors come with HDMI inputs. The digital video signals HDMI uses allow longer cable lengths and less distortion than analog cables such as VGA or component.

Bedroom TV connections are typically minimal, consisting of a HDTV and cable/satellite box. It is not recommended to use the TV's built-in speakers as they are usually low quality. A small budget receiver can provide audio signals to bookshelf or wall mounting speakers. If no receiver is used, then devices such as Blu-ray players or media boxes can be connected straight to the HDTV.


7.2 Install on Windows and Initial Configurations

This section describes how to install SoftEther VPN Server to an operating system with Windows 2000 or later. This assumes that in the Windows operating system, no extra application software is installed after performing a clean install of the system. This also assumes that the Windows function for blocking communication to TCP/IP ports from the outside (firewall function) is disabled.

7.2.1 Selecting the Installation Mode

As described in 3.2 Operating Modes, SoftEther VPN Server can be operated in either service mode or user mode. When configuring VPN Server for use as part of an everyday operation system, we recommend installing SoftEther VPN Server in service mode. The installer for the Windows version of VPN Server installs the VPN Server program to the system in service mode.

7.2.2 Installation Procedure Using the Installer

Preparing the Installer File

The installation of the Windows version of SoftEther VPN Server is very easy as it is almost completely performed automatically. To install VPN Server, you can download the latest VPN Server installer file from the SoftEther VPN Project website (http://www.softether.org/).

The VPN Server Windows version installer file is an executable file with the name vpnserver-build-number-win32-x86.exe.

Starting the Installer

Start the installer by double-clicking the VPN Server installer file. The Windows Installer-based installer starts automatically. Using the installation wizard, you can select the name of the installation directory. (By default, the program is installed to Program FilesSoftEther VPN Server on the system drive.) The VPN Server process writes large log files to the installation directory, so we recommend selecting an area on the hard drive that has high transfer rate and a large amount of unused space.

Specifying the VPN Server Installation Directory.

During the installation, the end-user license agreement may be displayed. Please thoroughly read the agreement. If you agree to the terms and conditions, the installation continues.

VPN Server End-User License Agreement.

The installer automatically registers the SoftEther VPN Server system service and sets the program to automatically start in background mode at Windows startup.

7.2.3 Precautions After Installation

When installation of the Windows version of VPN Server is completed, the SoftEther VPN Server service is already running in the background on the Windows system. Normally, the computer does not have to be restarted after installation of the program. However, if you expect to use the local bridge function while using a network adapter that supports hardware offloading, as described in 3.6 Local Bridges, we recommend that you restart the computer.

To check whether the VPN Server installer properly installed the SoftEther VPN Server service to the Windows system, click [Control Panel] > [Administrative Tools] > [Services], and check that [SoftEther VPN Server] is displayed on the list of services.

VPN Server Install Finished.

7.2.4 Managing VPN Server with VPN Server Manager

VPN Server Manager

After VPN Server is installed, the program can be properly configured and the VPN client computers can be provided with the function that allows the program to operate as a VPN server.

SoftEther VPN Server Manager can be used on Windows to manage VPN Server. For information about the detailed management method, please refer to 3. SoftEther VPN Server Manual.

Start VPN Server Manager, which is installed at the same time as the Windows version of VPN Server, connect to [localhost] (the host itself) on the server window, and configure the default settings.

To configure or manage the Linux or other Unix version of VPN Server, you can also use the Windows version of VPN Server Manager from a remote computer. For information about manually installing VPN Server Manager on a computer without VPN Server installed, please refer to 2.4 VPN Server Manager.

Default Settings of VPN Server Manager

When VPN Server Manager is started for first time, nothing is registered to the [SoftEther VPN Server Connection Settings] list on the startup window.

To create a connection setting, click [Create New Setting] and specify the host name, port number, and other information of VPN Server to which to establish a management connection. Once a connection setting is registered, it is displayed the next time VPN Server Manager is started.

Window for Creating a Connection Setting.

After creating a connection setting, double-click that connection setting to try to connect to VPN Server.

7.2.5 Managing with vpncmd

You can also use the command line-based vpncmd software to configure and manage VPN Server. This is helpful in cases where VPN Server is installed to a Linux or other Unix operating system and a separate Windows computer is not available locally, therefore VPN Server Manager cannot be used. In this case, you can use vpncmd to configure the default settings. You can also use vpncmd to configure the settings on the Windows version of VPN Server. For information about detailed vpncmd operations, please refer to 6. Command Line Management Utility Manual.

SoftEther VPN Project recommends using VPN Server Manager on a Windows computer to configure and manage VPN Server and using vpncmd as a supplemental management utility for automating simple repetitive tasks.

7.2.6 Starting and Stopping Service

The installer for the Windows version of VPN Server automatically installs the SoftEther VPN Server service. This service continually operates while Windows is running, and it automatically shuts down when Windows shuts down.

If the service must be restarted for management reasons or because VPN Server operations become unstable, you can click [Control Panel] > [Administrative Tools] > [Services], and start or stop the service. An easier and more reliable method is to call the net command at the command prompt and start or stop the service.

To stop the service, type the following command.

To start the service, type the following command.

If, in the unlikely event, the VPN Server process hangs and cannot be controlled using the net command, you can use Task Manager in Windows to forcibly terminate the vpnserver.exe process.

7.2.7 Adding and Deleting the Service

You can add or delete the service for the vpnserver.exe process using the method described in the description of the service mode of the Windows SoftEther VPN Server in 3.2 Operating Modes. You can use this method, for example, to move all setting files in the VPN Server installation directory to a different directory or hard drive, and then re-register the process as a service. (However, we cannot recommend using this method as the uninstaller may not be able to properly uninstall the program.)

7.2.8 Limitations When Starting in User-mode

We recommend operating the Windows version of VPN Server as a service mode program, but you can also start VPN Server in the user mode by using the method described in 3.2 Operating Modes. When VPN Server is started in user mode, critical security holes, such as buffer overruns, exist temporarily on the VPN Server, but because only user accounts starting VPN Server in user mode would be affected if an attack were to occur, VPN Server can be used relatively securely and safely. However, SoftEther VPN Project does not recommend actually operating VPN Server in user mode for the following reasons.


Scope:

This standard specifies the following requirements on rotary shouldered connections for use in petroleum and natural gas industries: dimensional requirements on threads and thread gauges, stipulations on gauging practice and gauge specifications, as well as instruments and methods for inspection of thread connections. These connections are intended primarily for use in drill-string components.

Other supplementary specifications can be agreed between interested parties for special tolerance requirements, qualification, testing, inspection, and finishing. This standard applies both to newly manufactured connections and connections that are recut after service. It should be realized that recut connections are subject to additional inspection and testing-the user is referred to API 7G-2 for such information.

This standard is applicable to preferred rotary shouldered connection designs. These are traceable to an internationally supported system of gauges and calibration that can be described as number (NC) style, regular (REG) style, or full-hole (FH) style.

Application of the API Monogram

If the product (gauge) is manufactured at a facility licensed by API and, it is intended to be supplied bearing the API Monogram, the requirements of Annex A apply.